Hypnose et la gestion de la douleur

La douleur fait partie des nombreux langages qu’utilise le corps pour s’exprimer et rendre compte de son état. Dans ce cas précis, il s’agit d’un signal d’alarme qui cherche à attirer l’attention sur un dysfonctionnement.

Cependant, si nous n’arrivons pas à gérer correctement la douleur, celle-ci peut devenir récurrente voir chronique.

Dans ce cas-là, l’hypnose s’avère être un outil thérapeutique particulièrement efficace pour aider à mieux comprendre ce signal et améliorer l’état physique et émotionnel de la personne souffrante.

La douleur, un indicateur essentiel

Quel que soit le niveau de douleur, sa perception reste relative à la personne qui la ressent. Elle dépend donc avant tout de son histoire, en lien avec d’autres expériences douloureuses vécues par le passé, de son niveau de tolérance et de son état physique et psychologique général.

L’origine de la douleur

À l’origine de la douleur, il existe un stimulus, intérieur ou extérieur. Il peut s’agir de la chaleur ou du froid (comme dans le cas d’une brûlure), d’une pression mécanique, d’une rupture ou d’une réaction inflammatoire naturelle…

Ce stimulus va alors activer les terminaisons nerveuses responsables de la perception de la douleur présentes dans la peau, les organes, les articulations, ou les muscles, afin de transmettre l’information au cerveau. Et lors de la réception de l’information, celui-ci traduira le message par une sensation de douleur plus ou moins intense.

Et si bien la douleur peut s’avérer dérangeante, voire handicapante, elle n’en reste pas moins nécessaire pour vous permettre d’identifier vos propres limites corporelles ou vous avertir lorsque votre intégrité physique est menacée.

Hypnose Gestion Douleur 2

Quand la douleur devient chronique

Si la douleur a donc pour but d’attirer votre attention en cas de dysfonctionnement soudain, qu’il soit d’ordre physique ou physiologique, le problème se pose lorsque le signal lui-même devient dysfonctionnel et lorsque la douleur devient constante.

C’est notamment le cas des douleurs liées à l’arthrose ou des douleurs fantômes qui ne sont pas justifiées par l’urgence de devoir attirer votre attention et qui, si elles s’installent de manière continues, peuvent entraîner avec elles l’apparition de nombreux autres troubles : anxiétés, insomnies, état dépressif…

La douleur comme indicateur d’un mal inconscient

Si la source de la douleur peut être évidente (accident, blessure, maladie, intervention chirurgicale), elle peut également être totalement inconsciente.

Dans ce cas-là, il se peut que votre douleur ne soit que le reflet d’un mal interne, de tensions, ou de peurs non conscientisées ou non acceptées qui ont fini par se transformer en signal physique pour attirer votre attention.

Dans ce cas-là, la douleur pourra prendre de nombreuses formes : de simples angines ou bronchites chroniques, des migraines à répétitions, allant jusqu’à la spasmophilie, l’endométriose, la fibromyalgie ou la sclérose.

Parfois pour traiter la douleur en tant que symptôme, il est donc indispensable d’entendre le message inconscient qui l’accompagne et d’accepter de se libérer de ce “quelque chose” à un niveau plus profond.

Les champs d’applications de l’hypnose thérapeutique contre la douleur

En tant qu’hypnothérapeute, je n’interviens pas sur la partie guérison à proprement parler, et le travail d’hypnose n’a pas ici pour but de couper définitivement la douleur ou de l’effacer de votre champ de perception car elle reste un signal indispensable au processus de guérison.

Lorsqu’il est question du traitement de la douleur, l’hypnose s’avère cependant être un outil thérapeutique particulièrement efficace pour travailler sur les perceptions de sa propre douleur et les mécanismes inconscients qui entrent en jeu pour signifier au cerveau que quelque chose ne va pas.

L’hypnothérapie sera alors utile pour comprendre, réduire significativement la douleur et vous permettre de gérer son intensité au quotidien.

Utiliser l’hypnose avant une intervention chirurgicale

Hypnose Gestion Douleur 3

L’hypnose thérapeutique est de plus en plus plébiscitée par le corps médical pour préparer à une intervention médicale, pour aider à réduire le stress et l’état d’appréhension avant un accouchement ou pour réduire la douleur et améliorer la récupération en postopératoire.

Dans certains cas, l’hypnose est même utilisée pour se substituer à une anesthésie générale et les techniques d’hypnose se sont affinées de manière à rendre possibles des anesthésies locales d’une certaine partie du corps ou en remplacement d’une péridurale : on parle alors d’hypnosédation.

L’avantage de pratiquer l’hypnosédation en remplacement d’une anesthésie générale se fait surtout sentir au niveau de la récupération. Les retentissements d’une séance d’hypnose sont bien moins forts que ceux d’une anesthésie générale et le patient se récupère donc bien plus rapidement et peut reprendre le cours de sa vie sans risque d’effets secondaires.

Lorsqu’il est question d’hypnothérapie obstétrique, l’hypnose peut être utilisée en complément, à n’importe quel moment : pour la préparation à l’accouchement en réduisant le stress et l’état d’anxiété que peut induire un tel événement, en préparation ou en remplacement de la péridurale, lors d’un accouchement en cesarienne ou en post-partum pour aider à la récupération de la mère et de l’enfant.

L’hypnose dans le cas de douleurs chronique

Dans les cas de douleurs chroniques, l’hypnose permet d’aider le patient à mobiliser ses propres ressources pour devenir actif dans la prise en charge de sa propre douleur.

Le travail consiste alors à apprendre à gérer la douleur en modifiant son intensité et en appréhendant les émotions négatives qui l’accompagnent souvent.

L’hypnose pour modifier ses perceptions face à la douleur

Le but d’une séance d’hypnose lorsqu’il est question d’aider à gérer la douleur, est de modifier le lien qui unit le patient à sa maladie ou à sa douleur, en modifiant les perceptions qu’il porte à son égard.

La première séance est souvent dédiée à la prise de connaissance et à la compréhension de votre histoire, de l’histoire de votre douleur, et de ce qui vous a conduit à l’hypnose.

Ce premier entretien nous permet également de discuter de vos attentes face à votre douleur afin de définir un objectif réaliste et le nombre de séances d’hypnose qui seront nécessaires pour l’atteindre.

Comment se déroule une séance d’hypnose pour la gestion de la douleur ?

Lors de la séance d’hypnose à proprement parler, je vous invite à aller à la rencontre de votre douleur et des parties de votre corps où ce signal attire votre attention. Lorsque la douleur est entendue, conscientisée, son message a été transmis et il est alors possible de travailler sur son intensité et de modifier le seuil de douleur.

À l’aide de jeux, d’images mentales et d’exercices métaphoriques, il est alors possible de symboliser la sensation de douleur sous la forme d’une couleur, d’une forme, d’un objet et d’en modifier les paramètres afin de la rendre acceptable.

Il est par exemple courant d’employer la métaphore d’un étau qui se serre pour symboliser votre douleur puis, à l’aide de suggestions, de vous faire prendre conscience de votre pouvoir sur l’intensité de l’étreinte afin de vous permettre de l’autoréguler.

Lorsque la douleur est trop forte, il est parfois difficile de s’en détacher. L’hypnose permet alors d’élargir le champ de vision du patient afin de lui permettre de prendre du recul par rapport à sa propre douleur, mais également par rapport à la situation qui la génère.

Autonomiser le patient face à sa propre douleur

Au-delà des effets immédiats de la séance, il est indispensable de rendre possible une certaine autonomie vis-à-vis de la douleur et de vous permettre de continuer ce travail chez vous dès que le besoin s’en fera sentir.

Les exercices proposés durant la séance d’hypnose qui permettent déjà d’abaisser le seuil de douleur s’accompagnent donc généralement d’une initiation à l’auto hypnose afin que vous puissiez vous approprier les techniques utilisées et reprendre le contrôle sur la perception et l’intensité de votre douleur au quotidien.

Hypnose Gestion Douleur 4