Avez-vous déjà ​: Eté tiraillé entre deux options opposées et vivre un dilemme ? Ressenti un blocage comme si une partie de vous vous empêchait d’agir ? Eu peu confiance en vous comme si une partie de vous pensait que vous n’êtes pas capable ? Ressenti le besoin de travailler au-delà du raisonnable alors qu’une partie de vous aspire à un meilleur équilibre ?Ressenti le besoin de contrôler comme si une part de vous avait peur de ne pas maitriser votre environnement et que l’inconnu représentait un danger ? 

Qu’est-ce que la thérapie des parties ?

La thérapie des parties est un modèle de psychothérapie développé par Richard Schwartz, dans les années 80 qui figure désormais sur la liste des pratiques dont l’efficacité est prouvée scientifiquement. Cette approche est arrivée enfin en France sous l’impulsion de François le Doze, médecin neurologue.

Unnamed

Souvent les difficultés et les souffrances auxquelles nous sommes confrontés adultes sont les conséquences de dissonances intérieures. Nous manquons de confiance, nous nous considérons comme ayant peu de valeur, nous voulons lâcher prise et en même temps nous avons besoin de contrôler, nous avons des difficultés à nous relier à nous-même et aux autres. A l’intérieur de nous, c’est un perpétuel combat qui non seulement nous empêche d’être dans la réalisation de notre être profond mais en plus nous épuise.

La thérapie des parties vise à apaiser le monde intérieur des patients et à régler la dissonance entre les sous-personnalités, en conflit les unes avec les autres.

Notre système intérieur : parties, self et conflits ?

Que sont les « Parties » ?

Ici, le psychisme est considéré comme un ensemble de sous-personnalités distinctes les unes des autres, chacune possédant des qualités propres.

Chaque Partie possède ses propres affects, ses propres sensations corporelles, ses propres fantasmes et rêves, ses propres souvenirs, ses propres besoins et ses propres comportements. Chaque Partie est marqué par une identité, un âge, un niveau de maturation cognitif et affectif et des croyances et valeurs spécifiques qui peuvent être différentes de celles de l’individu et potentiellement entrer en conflit avec elles. 

Nous ne sommes pas nés avec nos différentes parties. Elles se développent en lien avec ce que nous vivons. Les Parties qui coexistent au sein d’un même individu sont semblables aux membres d’une même famille. Dans le meilleur des cas ils échangent des informations, communiquent de manière créative les uns avec les autres, poursuivent des objectifs communs, partagent les mêmes valeurs, les mêmes buts, les mêmes visions. La situation est bien différente lorsque les Parties ne trouvent aucun point d’accord, ne communiquent pas, ne coopèrent plus suffisamment, s’attaquent, ou encore tentent de se détruire.  

Il s’ensuit des tensions intrapsychiques et des manifestations somatiques qui sont à l’origine de troubles psychologiques, comportementaux, affectifs et relationnels conduisant une personne à venir consulter. 

Vice Versa 1

Quels facteurs forcent les parties à adopter des rôles extrêmes ?

Le traumatisme est assurément un des principaux facteurs. Les valeurs véhiculées au sein de la famille et les relations dans la famille d’origine génèrent également des conflits intra psychiques. Ces conflits ont tendance à s’aggraver au cours de la vie et peuvent perturber le dialogue intérieur les relations, sociales, intimes et professionnelles.

Par exemple : Dans une famille où les parents sont alcooliques, les enfants ont tendance à adopter des rôles protecteurs et stéréotypés (bouc émissaire, mascotte de la famille, enfant invisible). Ces rôles ne sont pourtant pas l’essence de la personnalité de ces enfants. Une fois libérés de ce rôle forcé, les enfants peuvent retrouver ou redécouvrir leurs propres talents et intérêts, indépendamment des exigences de leur famille chaotique. Le même processus s’applique au système interne.

Les parties adoptent des rôles stéréotypés (forcés) dus à des circonstances extérieures. Une fois ces parties en sécurité, elles retrouvent leur rôle initial et contribuent positivement à l’harmonie de l’individu.

Les rôles essentiels des parties : manager, pompier et exilé

Manager, pompier et exilé sont les trois rôles endossés par les parties retrouvés chez de nombreux individus. Elles ont pour objectif de maintenir la capacité d’assumer un rôle donné dans la société et de préserver la sécurité de l’individu.

Ces parties essayent d’exercer un contrôle sur les environnements interne et externe de l’individu.

Les managers : ces parties mettent en place des comportements ayant pour objectif d’éviter les situations qui ressemblent à l’expérience douloureuse d’origine. Elles peuvent être traduites par une fuite de l’attachement émotionnel, une autocritique néfaste et excessive, un syndrome de l’infirmière, etc. Ces parties, en position de protection, tentent de contrôler l’environnement relationnel.

Les exilés : lorsqu’une personne a été humiliée, blessée ou effrayée, certaines de ses parties vont conserver les émotions, souvenirs et sensations liés à ces expériences. Ce sont les exilés. On les appelle Exilés, car ils sont mis à l’écart pour éviter de souffrir de nouveau. Les managers ont tendance à repousser ces émotions hors de la conscience.

Les pompiers : ils interviennent lorsqu’un exilé est activé à tel point qu’il risque de submerger la personne d’émotions intenses. Les pompiers s’efforcent d’éteindre l’incendie des émotions aussi rapidement que possible. Ces parties, très impulsives, ont pour objectif de distraire ou de dissocier la personne de ses émotions pénibles. Les excès d’alcool, de drogues, de nourriture, de travail ou d’activité sexuelle sont les activités favorites des pompiers.

Au fil du temps, ces mécanismes installent un déséquilibre et créent de la dissonance dans le système intérieur. Les Exilées sont à l’abri, mais leur souffrance n’est pas écoutée, comprise et apaisée. Ces parties tentent de faire entendre leur souffrance et obligent les managers à renforcer leur stratégie. Le rôle des Protecteurs s’intensifie et les comportements de protection peuvent devenir extrêmes (addiction, colère, anxiété, etc.).

D’autres parties de l’individu s’opposent à ces comportements de protection. Les parties s’éloignent alors les unes des autres, chacune centrée sur son objectif et ses besoins. L’individu est alors contrôlé par ces mécanismes de protection et les craintes associées, et non par ses aspirations profondes. Pour se protéger et se construire, il s’éloigne de lui-même et donc, de son Self.

Qu’est le « Self » ?

Chaque individu dispose d’un Self doté de qualités innées telles que la confiance, la compassion et l’acceptation. Nous disposons tous de ce Self, bien que peu d’entre nous en ait fait l’expérience spontanément dans notre vie quotidienne.

L’objectif de la thérapie est de permettre au Self et aux parties de se différencier. Ainsi, le Self pourra pleinement se manifester. À partir du moment où un patient a accès à son Self, il peut commencer à libérer les parties de leurs rôles forcés et de leurs fardeaux.

Le Self Et Les Parties

Faire la paix aves ses traumatismes et vivre en pleine conscience

Le Self leadership est l’état dans lequel les parties donnent ou redonnent leur confiance au Self. Du fait du déchargement de l’exilé, les protecteurs acceptent de se défaire de leurs rôles forcés. Les qualités naturelles du Self se manifestent alors dans la vie quotidienne de la personne.

S’amorce alors une guérison des traumatismes et une guidance harmonieuse des parties.

L’objectif de la thérapie est de pérenniser cet état. Le Self devient partie prenante lors des décisions et des interactions avec autrui. Même dans les moments de crise, la personne se sent moins vulnérable grâce à la présence du Self.